Comment bien choisir sa mutuelle en auto-entreprise ?

Prix, remboursements, garanties... Découvrez comment choisir votre mutuelle auto-entrepreneur pour bénéficier d'une couverture santé complète.

Comment bien choisir sa mutuelle en auto-entreprise ?

En auto-entreprise, vous avez la liberté de choisir votre complémentaire santé.

Pour autant, difficile parfois de s’y retrouver dans la jungle des offres de mutuelles…

Découvrez tous nos conseils pour trouver une mutuelle adaptée à votre statut d’auto-entrepreneur.

Un auto entrepreneur doit-il souscrire à une mutuelle ?

Rappelons qu’actuellement, les auto-entrepreneurs dépendent de la Sécurité sociale des indépendants (ex Régime social des indépendants). Dès 2020, ils seront tous rattachés progressivement au régime général, à savoir l’Assurance Maladie (la CPAM). 

Pour autant, cette modification ne change rien à votre protection sociale : les auto-entrepreneurs bénéficient des mêmes remboursements de la Sécurité sociale que les salariés. En revanche, les indépendants continuent de bénéficier d’une couverture sociale spécifique qui ne ressemble pas à celle d’un salarié.

Vous vous demandez certainement si vous devez prendre une mutuelle… La réponse est bien souvent oui ! Vous n’y êtes en aucun cas tenu : pour les travailleurs indépendants, la mutuelle reste une option. 

Mais, c’est plutôt recommandé ! La mutuelle permet en effet de pallier les manques de la couverture sociale des indépendants. C’est notamment vrai si vous exercez votre activité d’auto-entrepreneur en tant qu’activité principale. 

Quelques cas où la mutuelle n’est pas utile car vous êtes déjà rattaché à une complémentaire santé :

  • Auto-entrepreneur à titre accessoire, c’est-à-dire en parallèle de votre activité salariée : vous avez en théorie la possibilité de souscrire à une complémentaire santé collective, 
  • Étudiant,
  • Retraité, 
  • Ayant droit d’un membre de votre famille. 

Choisir sa mutuelle auto-entrepreneur : quelques pistes

Connaître la base de remboursement de la Sécurité sociale 

Quels taux de remboursement pour les auto entrepreneurs ?

Si vous vous contentez du forfait de base de la Sécurité sociale, vous ne serez que très peu remboursé pour de nombreuses opérations, ce qui vous expose à devoir payer vous-même des frais de santé importants… Quelques exemples de remboursements de base de la sécurité sociale (BRSS)

DÉPENSES SANTETAUX DE REMBOURSEMENT
Monture de lunettes60 %
Frais d’hospitalisation80 %
Consultation d’un auxiliaire médical (kiné)60 %
Consultation médecin généraliste70 %
Médicaments irremplaçables100 %
Médicaments à service médical rendu majeur ou important65 %

Cette base de remboursement peut être modifiée selon plusieurs facteurs : suivi du parcours de soin, médecin traitant déclaré, etc. À noter, il faut aussi enlever la participation forfaitaire de 1 euro.

En conséquence, la protection minimale d’une mutuelle doit dans l’idéal couvrir les postes de soins suivants jusqu’à 100 % :

  • Les soins médicaux courants,
  • La pharmacie,
  • Les frais d’hospitalisation,
  • Les soins dentaires,
  • Les frais d’optique.

Ensuite, penchez-vous sur les garanties secondaires de votre contrat de mutuelle qui peuvent s’avérer intéressantes… Les points de vigilance à observer : 

  • L’absence de délai de carence avant d’être remboursé, 
  • Les garanties en plus (exemple : garde d’enfants, médecines alternatives, etc.), 
  • L’existence d’un bonus si vous restez longtemps,
  • Les plafonds maximum autorisés par an,
  • La possibilité de bénéficier du tiers payant…

Modulez votre protection selon vos besoins personnels

Prenez ensuite également en compte vos besoins personnels : par exemple, si vous avez des problèmes de vue, il vous faut une mutuelle qui vous couvre bien à ce niveau-là. 

 Si vous avez un budget suffisant, optez pour une formule complète peut être intéressant (150 % à 300 %, voire plus).  

À l’inverse, certaines mutuelles proposent des forfaits « mini-optique » ou « mini-dentaire » pour réduire les cotisations qui viennent simplement compléter la part Sécu pour atteindre les 100 %. Cela vous permettra de moduler votre protection sociale, quitte à l’augmenter par la suite. Dans tous les cas, mieux vaut opter pour une protection minimale que rien du tout car sans mutuelle, le reste à charge est important.

Il existe de nombreuses offres spécifiques pour les TNS sur le marché. Pour les auto-entrepreneurs notamment via les organismes gérant leur Sécurité sociale (Harmonie Mutuelle, etc.) ou via des grands groupes qui ont une offre dédiée (Axa, Maaf, Swiss Life, etc.). N’hésitez pas à faire réaliser des devis pour comparer les mutuelles pour obtenir la meilleure offre.

Enfin, n’oubliez pas qu’en tant qu’auto-entrepreneur votre couverture sociale ne prend pas ou très peu en compte le risque d’accident du travail. Outre la mutuelle, il faut donc penser aussi à la prévoyance. En effet, un contrat de prévoyance viendra couvrir vos frais en cas d’accident, d’invalidité, etc. Et compenser ainsi les pertes éventuelles de revenus.

Oubliez la loi Madelin en auto-entreprise

Instaurée en 1994, la loi Madelin offre la possibilité de déduire des bénéfices imposables la somme que vous versez tous les ans à votre mutuelle. C’est un avantage fiscal intéressant ouvert à tous les travailleurs non-salariés (TNS) pour compenser les manques de leur protection sociale.

Mais attention, en tant qu’auto-entrepreneur, vous n’y avez pas le droit car vous relevez du régime micro. L’administration fiscale considère que vous avez déjà un régime fiscal « allégé », notamment en raison de l’abattement dont vous bénéficiez (71%, 50 % ou 34 % selon votre activité). Inutile donc de privilégier les contrats offrant cet avantage car cette déduction fiscale vous est refusée. 

Pensez aux aides de l’État pour vos dépenses de santé

Pour tous ceux qui n’ont pas de revenus suffisants pour souscrire à un contrat de complémentaire santé, il existe cependant une solution. En effet, l’État proposait ainsi aux auto-entrepreneurs la possibilité de bénéficier de la CMU-C (Couverture Maladie Universelle Complémentaire) ainsi que de l’ACS (Aide à la Complémentaire Santé)

Ces deux aides accordées sous conditions de ressources ont été remplacées par la CSS (Complémentaire Santé Solidaire) au 1er novembre 2019. Elle vise à vous aider à payer vos dépenses de santé.

Les conditions pour y avoir droit : 

  • Des ressources inférieures à un certain plafond,
  • Dépendre de l’Assurance Maladie.

Deux cas : 

  • Si vos ressources sont inférieures à un plafond annuel donné (par exemple, pour 2019, 8 951 € par an), l’aide est gratuite. 
  • Si vos ressources sont comprises entre ce plafond et ce plafond majoré de 35 % (ce qui correspond pour 2019 à 12 084 €), l’aide est accordée avec condition de participation financière. 

Prendre ou non une mutuelle est donc une vraie question que l’on ne se pose pas assez en tant qu’auto-entrepreneur. Étudiez bien les offres sur le marché, comparez-les et choisissez la meilleure option pour vous en fonction de votre statut. 

Fédération Nationale des Auto Entrepreneurs AutoEntrepreneur.net est partenaire de la Fédération Nationale des Auto Entrepreneurs