Faire des études et avoir une auto entreprise : mode d'emploi

Vous voulez devenir auto entrepreneur, à côté de votre statut d'étudiant ? C'est tout à fait possible et très simple. Voyons comment créer votre micro-entreprise.

Vous êtes étudiant et aimeriez créer une micro-entreprise ? Il est vrai que ce les avantages du statut d’auto-entrepreneur sont nombreux et tout à fait appréciables lorsque l’on fait des études. Vous vous demandez toutefois quelle est la procédure à suivre pour devenir micro-entrepreneur et quelles sont les aides existantes susceptibles de vous aider à mener à bien votre projet.

Rassurez-vous, si vous répondez aux conditions requises, votre auto-entreprise verra le jour en quelques clics !

Devenir étudiant auto-entrepreneur : mode d’emploi.

Cumul étudiant auto entrepreneur : est-ce possible ?

Que vous soyez étudiant, retraité, salarié ou demandeur d’emploi, fonctionnaire, vous pouvez créer votre micro-entreprise, sous certaines conditions.

Pour les étudiants, la création d’une micro-entreprise est possible, sauf pour certaines activités, lorsque le créateur ne possède pas l’expérience professionnelle et les qualifications requises.

C’est le cas pour les professions réglementées, notamment celles du bâtiment, de l’esthétique ou de l’automobile. Il existe également des restrictions relatives à l'âge, pour un étudiant mineur de plus de 16 ans, qui doit par ailleurs obtenir l'accord de ses parents ou être émancipé.

Pourquoi cumuler le statut d’étudiant avec celui d’auto-entrepreneur ?

Le statut d’auto-entrepreneur offre de nombreux avantages, conciliables avec une vie et des obligations d’étudiants. Vous pourrez :

  • financer vos études : à condition de bien choisir votre activité, les revenus de votre micro-entreprise peuvent vous permettre de financer votre inscription dans une école ou de payer votre loyer ;
  • avoir une activité sans nuire à vos études : être micro-entrepreneur suppose de pouvoir organiser  l'emploi du temps de votre activité comme vous le souhaitez, contrairement à un job étudiant aux horaires contraignants ;
  • créer un réseau : celui-ci pourra vous être utile par la suite, lorsque vous vous lancerez effectivement dans la vie professionnelle ;
  • étoffer votre CV : être jeune créateur d’entreprise est un gage de sérieux, de dynamisme, de maturité, qui ne peut qu’attirer l’oeil d’un recruteur lorsque celui-ci lira votre CV.

Quelles sont les aides et programmes d’accompagnement ?

L

Afin de soutenir et d'accompagner les jeunes dans leurs projets de création de micro-entreprises, l’État propose différentes aides, auxquelles les étudiants peuvent prétendre, sous conditions :

  • l’aide personnalisée au logement (APL) ;
  • une bourse d’étudiant du CROUS ;
  • l’ACRE, permettant de bénéficier d’une exonération partielle de cotisations sociales ;
  • la prime d’activité (voir sur www.caf.fr) ;
  • le programme d’accompagnement Cap’jeunes (prime de 2 000 €) ;
  • le Prêt à la Création d’Entreprise (PCE) ;
  • le dispositif Petit Poucet : concours réservé aux étudiants ayant envie de créer une entreprise. Les trente lauréats bénéficient d’un diagnostic personnalisé réalisé par des spécialistes de la création d’entreprise. Une dotation financière est offerte aux dix finalistes, afin de les aider à démarrer leur projet.
  • le dispositif Défi jeunes : soutient les projets de création d’entreprise. Les créateurs peuvent obtenir une bourse de 6 000 €. 

Etudiant auto entrepreneur : comment faire son inscription en ligne ?

Devenez étudiant auto-entrepreneur en quelques clics !

Pour créer votre micro-entreprise en tant qu’étudiant, c’est très simple. Rendez-vous sur le site www.autoentrepreneur.urssaf.fr et cliquez sur “Créer mon auto-entreprise”. Cliquez ensuite sur le bouton bleu foncé “Déclarer mon auto-entreprise”. Il ne vous reste plus qu’à suivre les différentes étapes :

  • Sélectionnez votre domaine d’activité et votre activité. Attention ! Si vous êtes mineur non émancipé, vous ne pouvez pas exercer une activité commerciale ou artisanale. Vous devez par ailleurs répondre aux conditions de diplômes et de qualifications professionnelles pour les activités réglementées.
  • Renseignez les informations concernant votre identité (nom, prénom, date et lieu de naissance, nationalité, adresse personnelle).
  • Précisez quel sera le statut de votre conjoint.
  • Optez ou non pour l’EIRL, sous condition de l’accord de vos parents, sous seing privé ou par acte notarié. Ce choix est obligatoire si vous n'êtes pas émancipé. Vous n'oublierez pas par la suite de télécharger la déclaration d'affectation du patrimoine, afin de préciser quels biens sont affectés à votre micro-entreprise.
  • Indiquez le lieu de domiciliation. Attention ! Si vous devez recevoir du public, renseignez-vous sur les règles existantes dans votre contrat de bail. Par ailleurs, si vous vivez dans un logement CROUS, la domiciliation ne sera pas possible. Vous devrez choisir une autre adresse, voire en louer une, si vous n’avez pas d’autre choix.
  • Complétez le volet social en indiquant votre choix de périodicité de déclaration de chiffre d’affaires, votre numéro de Sécurité sociale,  l’exercice éventuel d’une autre activité et votre régime d’assurance maladie.
  • Choisissez ou non l’option pour le versement libératoire de l’impôt sur le revenu.
  • Précisez si vous souhaitez que les informations de la déclaration soient ou non consultables sur le site de l’INSEE.
  • Signez votre déclaration.
  • Indiquez votre adresse mail.

Vous pouvez valider immédiatement ou enregistrer provisoirement votre déclaration, qui restera modifiable trente jours. Les données seront ensuite effacées. Si vous validez, vous devrez fournir une copie d’une pièce d’identité, que vous aurez au signée au préalable.

Quand doit-on réaliser un stage de préparation à l’installation (SPI) ?

Peu après la loi Pinel, le stage de préparation à l’installation est devenu obligatoire pour les créateurs de micro-entreprise exerçant une activité artisanale. Le micro-entrepreneur dispose d’un délai de trente jours après la création pour réaliser son stage. Pour vous inscrire, contactez la chambre des métiers et de l’artisanat à laquelle est rattachée votre micro-entreprise. Le coût est d’environ 250 € et dure entre trente heures et huit jours environ.

Comment s’immatriculer au registre du commerce et des sociétés ou au répertoire des métiers ?

Depuis la loi Pinel, cette formalité est obligatoire pour les commerçants, qui doivent s’immatriculer au RCS (registre du commerce et des sociétés) et pour les artisans, qui doivent faire de même au RM (registre des métiers). Un artisan micro-entrepreneur ne pourra s’inscrire au registre des métiers s’il n’a pas effectué son stage de préparation à l’installation. 

Comment souscrire une assurance professionnelle ?

Lorsque vous débutez en tant que micro-entrepreneur, il est préférable, voire obligatoire de souscrire une assurance professionnelle. Si vous exercez une activité appartenant aux métiers du bâtiment, vous devrez impérativement souscrire une assurance responsabilité civile décennale.

Renseignez-vous auprès de votre chambre des métiers ou de votre chambre du commerce et de l’industrie, afin de savoir si votre activité impose la souscription d’une assurance professionnelle. Si vous utilisez un véhicule dans le cadre de votre activité, celui-ci doit être couvert par une assurance spécifique.

Doit-on ouvrir un compte bancaire dédié lorsque l’on crée une micro-entreprise en tant qu'étudiant ?

Auparavant, l’ouverture d’un compte bancaire dédié à votre activité de micro-entrepreneur était pas obligatoire, quel que soit le chiffre d’affaires. Depuis la loi Pacte du 22 mai 2019, un auto-entrepreneur dont le chiffre d’affaires annuel est inférieur à 10 000 €, deux années consécutives, est dispensé de l’ouverture d’un compte bancaire entièrement réservé à sa micro-entreprise.

Fédération Nationale des Auto Entrepreneurs AutoEntrepreneur.net est partenaire et certifié par la Fédération Nationale des Auto Entrepreneurs
Accompagnement personnel
Données sécurisées
Procédure 100% en ligne
Dossier clé en main